Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Agence Luxembourg, Agence immobilière PARIS 75005

UN PEU D'HISTOIRE : LA SALLE DE BAINS

Publiée le 20/01/2014

A TRAVERS LE TEMPS :

Passons rapidement sur l'étymologie du mot "bain", directement issu du balneum latin qui dà écrivait, dans la Rome Antique, aussi bien les thermes que la salle réservée aux ablutions dans le domus. N'hésitez pas à aller visiter d'ailleurs Les vestiges des Thermes de Cluny dans le 5ème arrondissement.

On trouve trace de salles de bain dès le 3ème millénaire avant notre ère. D'usage religieux le plus souvent, le bain purifie l'âme et le corps ; ce qui n'empêchait pas les gens ordinaires de prendre un bain... pour se laver. Mais de là à dédier une salle à cet usage, fallait-il encore en avoir les moyens. Pourtant, on a retrouvé des vestiges dans ce qui est aujourd'hui le Pakistant ainsi qu'en Crête (palais de Knossos 1700 avt J-C.) avec un système de plomberie extrêmement proche de celui que l'on connait aujourd'hui ou bien encore à Santorin, grâce à l'eau chaude fournie par la géothermie volcanique du lieu. Bref, en Grèce, chez les riches, on a déjà une salle de bains.

LA CHAMBRE DES BAINS

En France, les  bains publics connaissent une forte fréquentation ce qui ne favorise guère la salle de bains domestique et il faut attendre le XVIème siècle pour que des salles dédiées aux ablutions fassent leur apparition. Ainsi François 1er avait-il fait aménager au château de Fontainebleau une suite de trois salles de bains et de quatre petits salons que l'on appelait l'appartement des bains. Louis XIV, de la même façon, disposait à Versailles d'une chambre de bains avec deux baignoires et dont il faisait usage tous les jours après la chasse.

Nonobstant cela, le cabinet de toilette se faisait rare en France : l'eau n'était pas courante, sans parler de l'absence totale de vidange. Au XIX siècle, les plus fortunés se faisaient livrer un bain à domicile avec baignoire en cuir pliable ou en métal, l'évacuation des eaux usées s'effectuant via un tuyau qui se jetait directement dans les caniveaux.

 

LA SALLE DE  BAINS MODERNE

Au début du XXème siècle, seuls les appartements bourgeois comportent un cabinet de toilette et plus rarement encore, une salle de bains équipée d'un tub (bassine en zinc, en tôle émaillée, voire en cuivre) mais on s'y lave en chemise. Les petites gens, elles, se contentent d'une douche, au mieux, tandis que les paysans se récurent dans un vulgaire baquet d'eau au beau milieu de la cour. Certes, l'eau courante arrive peu à peu dans les immeubles citadins, mais seulement au rez-de-chaussée en l'absence de pompes efficaces.

UNE PIECE REDUITE A LA PORTION CONGRUE

Si les Français ont longtemps eu la réputation de gens sales, ça n'est pas forcément injuste car rappelons, qu'au début du XXème siècle, moins de 2% des logements parisiens comprenaient une salle de bains avec eau courante. Et qu'il fallut attendre le milieu des années 70 pour que la moitié des habitats français bénéficient d'une pièce dédiée aux ablutions et les années 2000 pour parvenir au chiffre de 98%.

 ETRE DANS LE BAIN

On aura compris que, pour mériter son appellation, la salle de bains doit être équipée, au minima, d'un lavabo et d'une baignoire voire en option d'une douche, d'un bidet ou de toilettes. Alors de grâce, utilisez le terme adéquat pour décrire votre logement ! Vous voilà avertis. Personnellement, je m'en lave les mains....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre actualité